802620

2014/01/26

La cuisine est l’une des pièces de la maison où nous passons le plus clair de notre temps. Lieu de rencontre et atelier culinaire du quotidien, elle est également l’une des pièces maîtresses de la valeur d’une résidence. Construire et donner vie à cet espace à la fois fonctionnel et personnel est un défi qui nécessite réflexion, conseils et… coups de marteau. Voici, en cinq étapes, le chemin à parcourir vers votre nouvelle cuisine.

Étape 1: du rêve… au papier

Entrer dans la salle d’exposition de l’entreprise Simard cuisine et salle de bains de Saint-Tite-des-Caps, c’est déjà faire un grand pas vers la concrétisation d’un projet majeur pour la maison. Pour les clients décidés, la visite de la salle d’exposition et le soutien d’un désigner aideront à déterminer le style qui vous fait vibrer, qu’il soit moderne ou classique. C’est le moment de partager ces coupures de magazine, croquis et autres idées pigées çà et là qui vous plaisent ou vous horripile. Pendant cette rencontre et les prochaines, le budget disponible devra être précisé. «Les gens hésitent à nous donner leur budget parce qu’ils craignent de voir les prix gonfler. Mais l’information est essentielle pour que nous puissions les conseiller et leur faire un plan sur mesure», précise le directeur général de l’entreprise, Mathieu Simard. À 10 000 $ ou 18 000 $, le projet ne sera pas le même, tout comme le choix des matériaux. Pour un projet clés en main, il est possible de choisir les électroménagers, la robinetterie et la céramique sur place. Sinon, il vous faudra fournir les détails et dimensions de ces accessoires pour la réalisation des plans finaux. La soumission est accompagnée de plans en trois dimensions, qui seront modifiés et adaptés au fil des discussions. Prévoyez de une à trois rencontres d’une durée de quatre heures chacune avant de signer le contrat et de tenir dans vos mains les plans finaux.

Étape 2: découpe

Les plans sont terminés, numérisés et passent du côté usine. Si vous avez choisi le bois, les modules de votre future cuisine seront entièrement fabriqués à l’usine de Saint-Tite-des-Caps. Dans le cas de matériaux autres, tels que mélamine ou thermoplastique, l’équipe de production fera les achats nécessaires chez les fournisseurs et garde le contrôle du projet. Sur la chaîne de production, la découpe est entièrement informatisée et mise sur une technologie allemande. De leurs côtés, des ébénistes s’attaquent aux pièces sur mesure, guidés par des plans numériques.

Étape 3: sablage, teinture et vernis

Le sablage des pièces s’effectue entièrement à la main. Découpées et sablées, les pièces passent ensuite à la salle de peinture. En fait, des armoires en bois passent par trois étapes pour la finition complète. Elles seront teintes et recevront un scellant avant d’être vernies. Une période de séchage est prévue entre chaque étape.

Étape 4: pose de la quincaillerie

Pentures, poignées, amortisseurs. Vos armoires sont pleines d’une quincaillerie dont vous ne pouvez imaginer l’étendue et l’ingéniosité. «Tous les tiroirs et armoires ont des amortisseurs», précise M. Simard. En fait, la cuisine d’aujourd’hui est silencieuse. Une étape également manuelle.

Étape 5: expédition et installation

Numérotées depuis l’ébauche du plan, vos armoires ont littéralement voyagé à travers l’usine et se retrouvent maintenant dans la zone d’expédition. Le jour dit, soit quatre semaines après la signature du contrat, chaque pièce numérotée est classée et sera chargée dans un camion aux couleurs de l’entreprise et livrée chez vous. L’équipe d’assemblage suivra pour amorcer l’installation. Dans la majorité des cas, une seule journée suffit. Le soir, vous pourrez faire à souper…

Des influences italiennes et allemandes

Les Simard se font une fierté d’être «une référence» en matière de cuisine et de salle de bains dans la région de Québec. Une réputation qui leur vaut parfois la mauvaise surprise d’être copiés. «On ne laisse pas aller les plans avant la signature du contrat. Mais c’est la game. En fait, j’aime mieux être une référence et me faire copier que l’inverse», expose Mathieu Simard. À l’affût des nouvelles tendances, M. Simard fait un saut un Europe chaque année pour participer à des salons et visiter des entreprises. «On se compare à ce qu’il y a de meilleur. L’Italie et l’Allemagne sont des références pour nous. On voit les modes et les tendances qui s’en viennent.» La cuisine moyenne vendue et réalisée par l’équipe Simard vaut entre 10 000 et 20 000 $.

Ce qui sera dans le vent cette année? Ce qui l’était en Europe il y a deux ans. Une cuisine encore de style moderne, mais avec le retour du rustique. Par exemple, des panneaux tout en blancheur et lumineux avec l’intégration d’un îlot fait de pièces de bois naturels et de style bois de grange.

Quelques tuyaux…

La période la plus occupée pour une entreprise telle que Simard est celle précédant les Fêtes. «Tout le monde veut sa nouvelle cuisine pour recevoir la visite», précise-t-il. Et la période la plus calme? En hiver, avec un pouvoir d’achat intéressant.

Le meilleur investissement? «Les armoires de cuisine, c’est une valeur ajoutée à la maison. Dans certains cas, la valeur de la maison peut augmenter de 80 % avec une nouvelle cuisine», explique M. Simard. Le bois reste d’ailleurs le matériau à privilégier dans le temps.

Fonctionnalité ou design? En fait, les deux. «Côté utilisation, la fonctionnalité est aussi essentielle que le design dans des projets de rénovation de cuisine», soutient M. Simard.

45 ans de savoir-faire

Simard cuisine et salle de bains célèbre ses 45 ans cette année. Avec un chiffre d’affaires de 8 millions $, l’entreprise familiale et ses 55 employés réalisent quelque 800 projets par année, particulièrement destinés au marché de la rénovation. Roland Simard est le fondateur de cette entreprise qui a toujours été à Saint-Tite-des-Caps et n’aura déménagé qu’une seule fois, soit en 1977, pour passer de l’avenue Royale à la route 138. Un choix visionnaire, puisque l’oeil de tous les automobilistes circulant vers la Côte-Nord ou Québec est aujourd’hui attiré par l’allure fière et actuelle de cette usine. Aujourd’hui, l’entreprise en est à sa troisième génération d’entrepreneurs et compte trois propriétaires, soit André Simard ainsi que ses neveux Vincent et Mathieu Simard. Parmi les lauréats récents des chambres de commerce de Québec et de Charlevoix, le groupe a obtenu en 2013 un prix Nobilis dans la catégorie Cuisine 15 000 à 25 000 $ pour un projet de rénovation complète. Présent dans la région de Québec et de Charlevoix, les Simard ont également un pied à terre sur la Côte-Nord. Il s’agit du plus important employeur de Saint-Tite-des-Caps.

Article original: http://www.lapresse.ca/le-soleil/maison/habitation/201401/23/01-4731846-votre-future-cuisine-en-cinq-etapes.php

© La Presse, ltée. Tous droits réservés

Billet récent :

Créer un compte!
Vous avez oublié votre mot de passe ?